fbpx

publiée le 05/10/2021

Communiqué

PROMPT et le MEI lancent une 2e phase de financement du PICQ pour les projets d’innovation et de certification en cybersécurité

PROMPT et quatre organismes unissent leurs forces pour faire de la filière québécoise un chef de file international en cybersécurité

 

 

Montréal, le 5 octobre 2021 - Alors que le Québec se positionne parmi les chefs de file de l’intelligence artificielle et de la valorisation des données, la cybersécurité reste un défi majeur à relever pour les entreprises québécoises. Pour encourager l’écosystème québécois dans cette voie, PROMPT annonce ainsi le lancement d’une deuxième phase de financement du Programme d’Innovation en Cybersécurité du Québec (PICQ). Mandaté par le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec, PROMPT dispose cette fois de 27,5 millions de dollars pour financer des projets qui auront le potentiel de générer des investissements en cybersécurité de plus de 95 millions de dollars d’ici 2024.

L’accroissement exponentiel des interactions numériques et l’émergence d’une économie qui repose de plus en plus sur l’intégrité des données s’accompagnent d’enjeux importants en matière de protection de l’information, des systèmes informatiques et des infrastructures critiques. Pour mobiliser un maximum d’entreprises québécoises et les encourager à soumettre des projets, PROMPT comptera sur quatre partenaires pour déployer cette deuxième phase du PICQ : In-Sec-M, Cybereco, Cyberquébec.org et le Laboratoire d’identité numérique.

Deux possibilités de financement : l’innovation et la certification

En plus de financer des projets d’innovation comme il le fait depuis son lancement en 2018, le PICQ soutiendra cette fois également des projets d’entreprises québécoises qui souhaitent obtenir une certification, une homologation ou une accréditation en cybersécurité pour leurs produits, leurs solutions ou leurs processus. L’ajout de ce volet a pour objectif d’aider les entreprises à se qualifier comme fournisseur ou à répondre à des exigences de sécurité propres à un secteur d’activités, une région géographique ou un réseau d’affaires.

« La première phase du PICQ a fait ses preuves avec 16 millions de dollars permettant de financer 53 projets d’innovations commercialisés ou en voie de l’être, a expliqué Frédéric Bove, directeur général chez Prompt. Ces projets ont généré des retombées structurantes de 42 millions de dollars et l’équivalent de 190 emplois occupés par des experts en cybersécurité à temps plein. Aujourd’hui, nous continuons à pousser l’innovation, mais également à accompagner les entreprises qui ont besoin d’obtenir des certifications en cybersécurité qui sont désormais indispensables pour consolider leur compétitivité, accéder à certains marchés clés ou intégrer des chaînes d’approvisionnement stratégiques. »

Le Québec a un retard à combler

Prompt comptera sur l’appui d’In-Sec-M, de Cybereco, de Cyberquébec.org et du Laboratoire d’identité numérique qui auront le mandat de promouvoir le PICQ au sein de leurs réseaux respectifs et de contribuer à la qualité des projets qui seront présentés. Les entreprises œuvrant dans l’aérospatial/aéronautique, la microélectronique (composants électroniques), la finance et les transports sont notamment fortement encouragées à soumettre des projets.

« Les cybermenaces touchent tous les individus et toutes les entreprises peu importe leur grosseur et leur industrie. Ces cybermenaces affectent notre tissu social et économique. Nous devons travailler autrement, nous devons travailler ensemble et nous devons surtout innover pour améliorer plus rapidement la protection des individus et des entreprises. Ça devient primordial » a déclaré Marcel Labelle, président et directeur général de Cybereco.

 

« Le Québec accuse clairement un retard considérable par rapport aux bonnes pratiques en matière de cybersécurité, a déclaré Nicolas Duguay, directeur du développement des marchés chez In-Sec-M. Nous avons beaucoup de rattrapage à faire et nous avons besoin d'exigences claires. Aux États-Unis, par exemple, une certification spécifique en cybersécurité est désormais obligatoire aux fournisseurs désireux de pénétrer la chaîne d'approvisionnement du Département de la défense. De telles exigences, en 2021, devraient exister ici, pour protéger tous les secteurs névralgiques de notre économie, quels qu'ils soient. »

 

« Les cybercriminels s’attaquent à toute la chaîne d’approvisionnement pour atteindre leurs cibles, incluant les petits fournisseurs, a ajouté Maxime Clerk, directeur du PICQ chez Prompt. Il faut poursuivre l’innovation, mais également soutenir les processus de certification si nous voulons que les entreprises québécoises restent pertinentes et développent de nouveaux marchés. En unissant nos expertises et nos réseaux, nous souhaitons consolider et faire croître la filière de la cybersécurité québécoise et ses retombées. La croissance économique du Québec en dépend, car les entreprises de toute taille sont aujourd’hui confrontées aux enjeux de cybersécurité. »

D’après Statistique Canada, les entreprises canadiennes ont investi 7 milliards de dollars en cybersécurité en 2019, soit moins de 1 % de leurs revenus totaux. Les grandes entreprises ont investi 699 000 dollars, les moyennes entreprises, 74 000 dollars et les petites entreprises, 11 000 dollars. Près du tiers des petites entreprises (32 %) n'ont déclaré aucune dépense directe en cybersécurité. Statistique Canada a rapporté que 21 % des entreprises canadiennes ont été touchées par des incidents de cybersécurité en 2019, dont  43 % des grandes entreprises et 29 % des moyennes entreprises.

 

PROMPT, basé à Montréal, est un regroupement sectoriel en recherche industrielle (RSRI) spécialisé dans le secteur des nouvelles technologies et des technologies de l’information. Au travers de la mise en place de programmes de financement (intelligence artificielle, cybersécurité, quantique, 5G…), PROMPT assure des fonds (issus du ministère de l’Économie et de l’Innovation) pour accélérer la collaboration entre les mondes entrepreneuriaux et scientifiques, propulser l’innovation québécoise à l’avant-garde, et accroître l’avantage concurrentiel du Québec dans le monde. En 2019-2020, Prompt a traité plus de 100 projets pour une valeur totale de 79 655 923$.

À propos de In-Sec-M
À propos de Cyber Eco
À propos de Cyberquébec.org
À propos du Laboratoire d’identité numérique

                                                                 -30-

Contact médias
Sarah Hind Cheriet
shcheriet@zonefranche.ca
514 574-5831